FANDOM


Il est vrai que M. Antier, Maire de Cour-Cheverny, ainsi que sa femme, Marie-Anne et leurs adjoints ont su par leur accueil chaleureux nous faire apprécier leur ville et leur terroir…

Effacé le passé… Quand Gaston Couté avec Maurice Lucas, y trouvant porte close écrivait ce sonnet :

Nous allons dans la nuit, sur la route qui rampe,

Au travers des grands bois dont la noirceur émerge,

Et la pluie en passant, comme des coups de verge,

Cingle brutalement nos cheveux et nos tempes.

Papillons attirés par la lueur des lampes,

Nous dirigeons nos pas vers les feux de l’auberge

Où nous pourrons, dans la blancheur des draps de serge,

Dormir du bon sommeil qui délasse et détrempe.

Mais nous cognons en vain chez les loueurs de gîtes

Dont l’enseigne de fer rouillé grince et s’agite

Comme un corps de pendu dansant à la potence

Notre air ne semble pas inspirer confiance.

Nous faudra-t-il dormir ce soir au coin des meules ?

Hélas ! Tout est possible avec nos sales gueules…

En effet, on leur refuse le logis. Ils dormiront dans la paille. Lucas se lamente : «Ah ces journées tantôt joyeuses, tantôt sinistres. »

Aujourd’hui, cette ville a même un gîte municipal (voir réservation avec les services de la Mairie) dont nous n’avons pas profité étant donné que Cour-Cheverny était étape intermédiaire et que nous n’avions pas à y dormir… Mais l’offre était faite ! Comme les temps ont, à cet égard, bien changés… Mais ne jamais oublier que si nous bénéficions aujourd’hui d’un accueil exceptionnel, on le doit au Gaston dont l’œuvre poétique enfin comprise et appréciée pour son caractère universel nous aura ouvert bien des portes…

Mais sachez bien ce que nous avons appris… Que le vin d’appellation «Cour-Cheverny », le fameux cépage Romorantin que l’on trouve presque exclusivement sur cette commune, est différent de l’appellation «Cheverny » que l’on trouve, de façon plus répandue, dans la région.

Ainsi M. Antier, aura sû (grâce aux retardataires !) nous faire apprécier le cépage Romorantin introduit par François 1er au 15e siècle (le plus vieux cépage de notre terroir) et aura su nous mettre l’eau (le vin !) à la bouche… Un vin sec et séduisant pour accompagner poissons en sauce, viandes blanches et fromage de chèvre… À tel point qu’en revenant du ouiquende qui nous a conduit jusqu'à Romorantin, nous avons recherché s’il n’y aurait pas moyen de faire passer l’Itinéraire futur par une bonne cave de la région… En observant le parcours de plus près avec Yves Antier, nous nous étions aperçus qu’il passait à proximité de l’exploitation de François CAZIN (François CAZIN : Le Petit Chambord 41700 Cheverny ; Tél. +33 (0)254799375)) parfaitement recommandable… Ni une, ni deux… Une visite à la cave au débotté, quasiment à l’heure de la fermeture, nous aura convaincu de l’intérêt qu’il y avait à détourner légèrement le parcours (du genre 300 mètres) afin de longer la cave… Les cheminants assoiffés pourront apprécier… Tester… Acheter… C’est leur affaire ! Ainsi l’Itinéraire n’aura pas failli à sa réputation !Modifier
Moralité(Et puisqu’elle est remise au goût du jour dans les écoles…) : un bienfait n’est jamais perdu !Modifier

Le Doc













Le Doc

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.