FANDOM


Il y a des moments inattendus tout au long du parcours et ce sont probablement les plus savoureux… Il nous en revient quelques-uns à l’esprit et cela vaut qu’on les raconte…

Nous randonnions au départ de Cour-Cheverny où l’on avait bénéficié d’un petit déjeuner exceptionnel avec des croissants et du café, toasts et confitures s’il vous plait ! On enfile, à Cheverny, l’allée du golf qui introduit le chemin de la forêt… Quelques randonneurs locaux nous accompagnaient pour la circonstance (dont Mme Antier, la femme du Maire) et voilà qu’on croise un calvaire… Ah le Jacques (Jacques Lambour) ! Il saute sur l’occasion et sur le calvaire en même temps, en se mettant à déclamer le Christ en bois… Il s’avère tellement pris par le sujet qu’il empoigne le calvaire en le secouant comme un prunier… « T’as le cœur, t’as le cul, t’as tout en bois ! » Il le secoue à tel point qu’on a vu le coup où le calvaire allait l’écraser par vengeance… Quand il s'aperçu que la croix en fer (en l’occurrence !) se mettait à osciller, il a réalisé avec quelle véhémence il la secouait et que cela risquait fort de la desceller… ça l’a calmé subito le Jacques… Nous on en rit encore mais nos hôtes devaient rire jaune devant pareil débordement… Limite vandalisme !

Une autre fois, cheminant sur le bord du Canal du Berry peu avant d’arriver à Mehun-sur-Yèvre, voilà qu’on a l’oreille attirée par des notes égrenées à la guitare évoquant un air de Brassens… On passe le nez par dessus la haie pour y voir une jeune femme malgache qui tentait d’apprendre à jouer cet air… Réalisant que l’on avait parmi nous, Marie Volta qui connaît son intégrale de Brassens sur le bout des lèvres et des ongles, il nous vient vite à l’idée de bénéficier de son talent en demandant si elle pouvait emprunter l’instrument le temps d’une démonstration. Ce qui fut dit fut fait grâce à l’amabilité de l’apprentie… Et voilà que d’une minute à l’autre, cette jeune femme se trouve confrontée à la performance concernant l’air qu’elle apprenait laborieusement…

Une sorte de master class improvisée comme si nous étions tombés du ciel… Tel

lement heureuse cette charmante personne qu’elle nous propose des bouteilles d’eau minérale et nous invite à visiter ce moulin de Crécy où elle habite. Le propriétaire est à deux pas, un peintre et anthropologue… Il a suivi la scène et renforce l’invitation ! On aura visité ce lieu original disposé autour d’un magnifique cèdre de l’atlas avec une chaleur humaine avérée et fort sympathique…

Impromptu le long du canal du Berry

Impromptu le long du canal du Berry

Une belle cour partagée pavée de restes de meules et de moules, ce moulin ayant été utilisé pour la fabrique de porcelaine. Des rails de decauville témoignant du passé manufacturier du lieu… À présent en voie de rénovation avec une toiture de petites tuiles plates refaite impeccablement à neuf… Et naturellement la Yèvre en contrebas… Apportant l’eau à notre moulin… Merci Brassens… et Marie Volta !


Autre chose… C’est à Saint-Florent-sur-Cher, que Gaston Couté et Maurice Lucas furent embastillés par les gendarmes étant taxés de vagabondage… Et qu’ils furent libérés après avoir fait rire leurs geôliers par un texte qui vaut son pesant de cacahuètes et qui dit en substance : « Si j’étais qu’d’toi, je m’ferais curé ! ».

La fameuse gendarmerie de Saint-Florent-sur-Cher

La fameuse gendarmerie de Saint-Florent-sur-Cher

De passage à Saint-Florent-sur-Cher, où nous n’avions guère d’accointances, on va rechercher naturellement cette gendarmerie sans se contenter de se faire photographier devant la nouvelle… C’est au départ et on nous l’indique à peu de distance du parcours. Nous allons faire ni une ni deux pour découvrir un bâtiment relativement imposant flanqués de bâtiments plus petits évoquant de petites cellules et dont l’une sert à présent de toilettes… Eh bien ! Vous nous croirez si vous voulez mais cette ancienne gendarmerie est devenue après un siècle -ironie du sort !- la Maison des syndicats ! Des sigles familiers y sont apposés sur les portes : CGT, CFDT,… Nous y ajoutons le notre… Nulle doute que lors d’un prochain passage l’on y fasse un spectacle nourri de la fameuse poésie cocasse avec laquelle Gaston Couté exhorta les gendarmes à se faire curé pour exercer une sinécure (charge ou emploi où l’on est engraissé à ne rien faire…). Trait de génie déclenchant l'hilarité de la maréchaussée et qui devait aboutir à la libération des deux acolytes. Je m'y vois déjà… Des chaises sous les tilleuls et les artistes qui sortent par une des geôles (aujourd'hui des W.C.)… En fait, cette gendarmerie doit être une vraie mémoire dans ce pays de tradition ouvrière qui vit la répression des grèves de 1906 par les Maîtres de Forges et de bien d'autres… Prendre contract avec les syndicats !

C’est aussi à Saint-Florent-sur Cher que le Maire, Roger Jacquet, nous aura encouragé au pied levé devant la grille de sa Mairie-château, aux alentours de 9h, le vendredi matin, jour de marché (au moins il y a de quoi se ravitailler pour ceux qui n'ont pas préparé le pique-nique du midi !), en nous disant qu’en somme le passé était le passé et qu’il y avait prescription pour les avanies infligées à nos deux poètes en sa ville et que nous étions bien entendu, aujourd’hui, les bienvenus dans cette cité au passé industriel et ouvrier ! Le contact est rapide mais nous nous sommes promis de le développer à une nouvelle occasion… l' IGC, le retour ?

Rencontre inopinée, dans le sillage du Maire, de Mme Gourrier, dynamique octogénaire, ex-Maire au passé glorieux, et son fils M. Tain-Gourrier qui y ont été en chœur de leut p'tit air :

"C'est nous les gâs de la taille au buis

Si j'sons aujourd'hui réunis

C'est pour trinquer en frères, nous amuser puis bouère

Pendant qu'les galvaudeux ont tout gardé pour eux !"

Sympathie naturelle au pied levé… C'est cela les inattendus de l'Itinéraire Gaston Couté ! Des p'tits bonheurs qui s'ajoutent les uns aux autres.

Surprise encore d’y découvrir et de congratuler, quitte à prendre un peu de retard pour la rando, un certain Michel Thionnet, peintre militant exposant dans la tour de garde au moment de notre passage, connaisseur de l’œuvre de Couté et illustrateur à son heure, mettant en scène dans sa peinture les malheurs du monde d’une façon naturellement insoutenable… Courageux pour le moins… bourré d'empathie ! Mais est-ce qu'on voudrait s'accrocher telle peinture sous les yeux à longueur de temps ? Quimporte ! C'st la vocation de l'artiste : Le Kosovo avec la torture, le viol, l'épuration ethnique, etc ; la prostitution en Indonésie, le travail des enfants dans les mines de cuivre en Colombie ; le Chili avec les exécutions sommaires ; les mines anti-personnelles au Cambodge ; la Shoah ; les larmes de l'Afrique… ça ne laisse pas indiférent ! Un artiste, un vrai ! Et qui ne pense guère à ses ventes éventuelles… Authentique assurément ! Le Couté de la peinture en somme…Un équivalent-peintre de notre poète privilégié… Congratulations et l'on reprend la route

Voilà ! Des moments comme ceux-là ne se programment pas et c’est le sel de la randonnée qui pour le coup en devient bien évidemment culturelle !… Ils reviennent à l’esprit des uns ou des autres dans le désordre… Mais qu’importe ! Rien que du bonheur ! Et bien que le mot « magique » soit quelque peu galvaudé, employé un peu à tout propos, on peut avec Nicole Georges l’employer pour signifier sans doute que ces moment furent inattendus, et exceptionnels et il faut le dire, quitte à passer pour un primitif, sans cause identifiable et peut-être en rapport avec des forces cachées…

François Robin.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.